Sélectionner une page

Organisateurs de Touskiflot :
Pau Canoë-kayak, MJC des fleurs, Vivre ma Ville et La Maison pour Tous Léo Lagrange Pau

Par Florence Chevalier, publié le 10 septembre 2023 à 19h46, modifié à19h47.
Crédit photos : Rodolphe Martin

30 radeaux ont descendu le Gave de Pau pour la 20e édition de Touskiflot
Dimanche, le Gave de Pau a été envahi par des radeaux originaux.
Avec trois ans de retard, Touskiflot a fêté sa 20e édition, ce dimanche 10 septembre. C’est sous un soleil de plomb que 30 radeaux ont descendu le Gave de Pau.

« C’est quoi ça ? », demande médusée une femme, accoudée à la passerelle de Laroin. Sur le Gave de Pau flotte une Renault Rodéo. On savait ce véhicule découvrable tous chemins mais pas à ce point. Il a fallu toute la créativité de l’équipe 34 pour mener à bon port son radeau, effectivement constitué d’une voiture entièrement désossée. Ce dimanche 10 septembre, trente embarcations, plus ou moins grandes, plus ou moins résistantes, ont pris le départ de la 20e édition de Touskiflot

Le radeau de la Pépinière remporte le premier prix.

Entre la base d’eaux vives du Pont d’Espagne et Laroin, ces objets flottants non identifiés ont ravi le public. Sur les berges du Gave de Pau, sous la passerelle de Laroin, Chloé s’amuse. « C’est super sympa, original. Certains tiennent quand même mieux que d’autres », plaisante la jeune femme. Habituée avec ses parents aux balades sur la voie verte, elle redécouvre la rivière. « L’eau est super bonne », avoue-t-elle, à l’abri sous son parapluie.

Les pieds dans l’eau
Avec plus de 32 °C au mercure, il est, en effet, très tentant de mettre les pieds dans l’eau. Les plus prévoyants sont équipés de chaussures d’eau. Et plusieurs enfants n’hésitent pas à s’immerger dans le Gave, comme les trois enfants d’Emmanuel. « Je n’ai ni maillot, ni serviette, avoue ce papa. En fait, ils préfèrent se baigner que de regarder les bateaux. Mais ils profitent.

Les spectateurs n’ont pas hésité à se mettre à l’eau.

Les radeaux continuent eux de passer. Ici, un drakkar avec à son bord des Vikings casqués, là une baignoire d’angle ou encore un amas de plastiques, dénonçant la pollution marine. Tous parviennent à bon port, sauf le terrain de foot qui n’a pas résisté à sa mise à l’eau.

Déjà prêts à repartir
À Laroin, les équipages débarquent devant plusieurs centaines de personnes. Pour les membres de l’association Lonski, plus habitués à dévaler les pistes enneigées que le Gave de Pau, « l’expérience a été très bonne pour souder le groupe », reconnaît la présidente Nathalie Debaigt.

Léa, salariée du centre social la Pépinière s’avoue « plutôt fière » du radeau, piloté par deux salariés et deux bénévoles et surtout construit par une cinquantaine de personnes. « C’est notre première participation. On avait demandé aux gens de venir nous soutenir en portant un haut jaune pour qu’on les repère facilement. Et on les a vus tout au long du parcours », apprécie-t-elle, déjà « prête à repartir ».

La passerelle de Laroin affichait complet.